Analyses des rapports du GIEC 2022: la nécessaire transformation des villes face à l’urgence climatique

La Chaire de recherche du Canada se penche sur les rapports récents du GIEC et identifie les points clés.

Quelles sont nos prises aujourd’hui pour un futur viable? Devant les défis que posent les changements climatiques, les villes et communautés sont de plus en plus à l’avant-scène – autant en ce qui concerne les impacts ressentis que pour le leadership à prendre dans les solutions. 

Les travaux scientifiques rassemblés dans les différentes parties du 6e rapport du GIEC nous permettent de faire un bilan d’où nous en sommes, avec les tendances et les concepts pour saisir les enjeux et les contraintes de l’action climatique. Dans ce rapport, les actions d’une diversité d’acteurs à différents niveaux sont analysées (citoyen·nes, communautés, mouvements sociaux, villes, gouvernements et investisseurs).

L’équipe de la Chaire de recherche du Canada en action climatique urbaine a analysé les travaux des groupes de travail II (Impacts, adaptation, et vulnérabilité) et III (Atténuation des changements climatiques) du GIEC, respectivement parus les 28 février et 4 avril 2022.

L’analyse vise à faire des liens entre ce rapport, le contexte québécois et canadien et les travaux de notre équipe sur l’action collective pour faire face aux changements climatiques dans les régions urbaines. 

Cliquez ici pour lire le communiqué complet.

Comment citer ce rapport :  Van Neste S, Madénian H, Poulin, É, Hatton-Proulx, C, El Guerrab Z, Perras St-Jean G, Bonneau A et Parent-Corriveau A. 2022. Analyses du rapport du GIEC 2022 : la nécessaire transformation des villes face à l’urgence climatique. Chaire de recherche du Canada en action climatique urbaine, INRS.

Les villes au front pour des mesures d’atténuation efficaces

  1. Le revenu est le prédicteur le plus important de l’empreinte carbone des individus, les 10% plus aisés contribuant à 36-45% des émissions globales (2-64, TS-21). Ils et elles ont un potentiel élevé de réduction de GES comme citoyen·nes, professionnel·les, investisseur·euses et consommateur·trices, aidant à nous propulser vers des politiques gouvernementales fortes, permettant une qualité de vie pour tous (TS-103). Les sociétés inéquitables utilisent l’énergie et les ressources de manière moins efficace; réduire les inégalités dans les pays riches aide à réduire les émissions (5-32).
  2. Un peu partout dans le monde, y compris au Canada, des personnes racisées et autochtones portent le poids d’injustices environnementales et climatiques dans des zones de sacrifice où se concentre l’extraction, ainsi que dans des secteurs plus soumis aux évènements extrêmes et à l'accès inéquitable à l’énergie. (5-34)
  3. Le rapport du GIEC met de l’avant le concept de transition juste, qui implique des mesures ciblées et proactives des gouvernements et des agences publiques et privées pour s’assurer que les impacts négatifs des mesures d’atténuation des changements climatiques soient minimisés, et que les bénéfices soient maximisés pour celles et ceux affectés de manière disproportionnée (TS-36). Les impacts distributifs des instruments d’atténuation (comme la taxe carbone) peuvent être compensés en utilisant une part des revenus colligés pour supporter les ménages à faible revenu (SPM-60).

  1. On estime que les initiatives des villes menées conjointement avec une diversité d’acteurs ont un potentiel élevé d’impact avant 2030, particulièrement si plusieurs échelles de gouvernance sont impliquées. Les capacités des villes à développer ces stratégies de mitigation varient selon le contexte institutionnel et régulatoire, la capacité locale de gouvernance, l’accès au financement et aux ressources technologiques, l’engagement de la société civile et les pouvoirs budgétaires des municipalités. (SPM-40, T-65, 4-30)
  2. Les mobilisations sociales et les lifestyle movements sont des moteurs de changement. Les grèves étudiantes ont donné une voix aux jeunes pour le futur. (TS-106, 5-5, 5-33)
  3. Les projets pilotes d’expérimentation propulsés par des individus et groupes mobilisés contribuent de manière significative à l’apprentissage, la transformation de normes sociales, d’infrastructures, et à l'émergence de chemins de transition (5-5, TS-106)
  4. Le leadership autochtone et les initiatives de résurgence renforcent l’action climatique et changent les normes sociales en améliorant nos connaissances des modes de vie, des savoirs et des systèmes de gouvernance autochtone ancrés dans les territoires (5-33)
  5. L’implication des personnes marginalisées dans une optique intersectionnelle de genre, d’autochtonie, de race, d’ethnicité et de handicaps améliore la portée des politiques climatiques (5-34)
  6. La littérature montre très clairement que l’équité sur le plan socioéconomique et la participation active de différentes parties prenantes améliorent non seulement le bien-être pour toutes et tous, mais aussi la confiance sociale, renforçant la légitimité d’actions transformatrices et de changements en ce qui a trait aux pratiques quotidiennes pour réduire la demande en énergie (5-27, 5-56, TS-106).

  1. Le financement actuel dédié à l’atténuation et l’adaptation est largement insuffisant - le GIEC estime une augmentation nécessaire de 300 à 600% – en assurant que les flux de capitaux sont disponibles, bien qu’ils doivent être redirigés (15-4)
  2. Les régions urbaines ont un rôle crucial à jouer, notamment par la transformation des infrastructures et de la forme urbaine. Des efforts ambitieux des villes vont inclure des mix de politiques pour réduire ou changer la consommation énergétique et matérielle, agir conjointement sur l’aménagement du territoire (localisation, densité, connectivité, accessibilité, infrastructures pour la marche et le vélo) et l’électrification des transports et augmenter le potentiel de capture et d’adaptation des milieux naturels et infrastructures vertes et bleues (SPM-39-41, TS-65)
  3. Pour atteindre la carboneutralité, les villes doivent mettre en place des stratégies de coopération et coordination avec les autres paliers de gouvernement, l’industrie, et la société civile, en prenant aussi en compte les émissions liées à leur chaîne d'approvisionnement à l’extérieur de leurs limites administratives (S:40)
  4. Le rapport propose de miser sur des approches qui réduisent les GES et créent les conditions pour une autre forme de développement, dans les villes et les banlieues, notamment en assurant l’accès et l’abordabilité du logement et du transport collectif (4-79, 4-90)
    1. La faible abordabilité du logement dans les villes est une cause majeure de suburbanisation et de l’empreinte carbone plus élevée des ménages. Réduire les émissions de transport est plus difficile quand les quartiers urbains sont inabordables et exclusifs, et quand le coût ou l’accès au transport en commun sont prohibitifs. Les politiques de logement social et abordable ont le potentiel de réduire les coûts sociaux et économiques des politiques de mitigation (et leur acceptabilité), et de la hausse des carburants (4-90, S-41)
    2. De plus, rediriger les investissements en transport vers le transport en commun est critique et permet des synergies avec la santé et l’équité; tout comme le couplage à des politiques de localisation des logements, des services et des emplois près du transport collectif. (4-91-92, SPM 39-41, SPM 52)

  5. Le rapport met l’accent sur des changements rapides et profonds qui permettent de réduire les émissions de GES à court et moyen termes. Les experts identifient plusieurs leviers à haut potentiel de réduction avant 2050 (40-70%), avec des pratiques :
    1. À éviter : les déplacements en automobile dans les régions urbaines – avec le soutien d’infrastructures conséquentes pour la marche, le vélo et le transport collectif –  et les déplacements de longue distance en avion
    2. À transférer : vers un régime alimentaire végétalien – soutenu par un système de distribution alimentaire avec moins d’emballage et de gaspillage
    3. À améliorer : le cadre bâti et son efficacité énergétique (5-3, TS-100)

  6. Il faut donc des changements importants dans les modes de vie. Toutefois, les changements individuels sont fonction de déterminants collectifs, ils ne peuvent pas avoir d’impacts significatifs de réduction GES sans un changement structurel, infrastructurel, institutionnel et culturel.
    1. En effet, nos manières de consommer, de nous déplacer, de nous chauffer et de nous nourrir  dépendent de déterminants collectifs, qui sont de 3 ordres  (Shove et al. 2012), sur lesquels autant les villes que les organisations peuvent agir :
      1. La matérialité des infrastructures et techniques disponibles  (ex.: l’aménagement des rues et l’accès à l’autobus), souvent inhibée par des barrières institutionnelles ou de forme urbaine
      2. Les normes sociales (ex.: l’usage de l’automobile pour une famille) 
      3. Les compétences (savoir-faire à développer avec un soutien des proches et des institutions ex.: pour faire du vélo avec les enfants, faire l'usage de l’autopartage ou transférer vers une diète végétarienne).

  1. Les villes sont au premier plan dans les engagements concrets en faveur de la carboneutralité pour 2050. Mais la notion de carboneutralité ne veut pas toujours dire la même chose! Voir l’analyse de Hélène Madénian ici
  2. Les impacts de l’extraction d’énergies fossiles : des acteurs diversifiés, notamment des communautés autochtones, des mouvements sociaux et des municipalités ont contribué à donner de la visibilité aux risques et aux impacts de l’extraction fossile et sa régulation déficiente au Canada et aux États-Unis, dans les débats sur les oléoducs. Voir les travaux ici.
  3. Les leviers des villes sur la transition énergétique au Canada (Van Neste, Lessard et Madenian 2019)
    1. Continuer à travailler très finement, avec les acteurs locaux, sur les liens entre infrastructures de  mobilité et aménagement du territoire
    2. Planifier la localisation des services et des emplois (et non seulement les logements) en fonction de la mobilité durable
    3. Assurer l’accès au logement abordable et agir sur la consommation énergétique des bâtiments
    4. Valoriser l’implication des villes et des organisations locales dans les questions énergétiques, dans des projets avec de multiples cobénéfices
  4. Action climatique des villes et transition juste : 
    1. Quelle est la nouvelle gouvernance climatique en élaboration à Montréal? Hélène Madénian examine la question dans sa thèse de doctorat en cours de rédaction, avec le cas d’étude du Plan climat 2020-2030.
    2. L’action climatique peut renforcer des inégalités, particulièrement dans les villes. Nos travaux comparatifs des plans climat Montréal-Vancouver montrent des forces et faiblesses respectives dans leur approche à l’équité. Une approche participative à Vancouver afin de garantir une diversité de voix, tout particulièrement celles des plus marginalisés (ex.: nouveaux arrivants, personnes handicapées, personnes à faible revenu et personnes autochtones et racisées vivant en milieu urbain), une approche partenariale à Montréal privilégiant les acteurs civils, la valorisation du capital social et des organisations communautaires locales. La Chaire a lancé un appel pour rassembler les travaux de recherche sur les relations entre actions climatiques urbaines et inégalités au Québec. Restez à l'affût des résultats à l’automne!
    3. La Chaire étudie aussi la transformation des milieux de vie suburbains et la capacité des citoyens d’y participer. Les municipalités suburbaines en Amérique du Nord auraient jusqu’ici été moins proactives en matière d’engagement climatique. Toutefois, les réseaux d’action municipale et l’accès aux ressources seraient moins adaptés à leurs réalités. De plus, les banlieues et les débats publics sur les changements à faire en milieu suburbain sont souvent représentés de manière stéréotypées et trop simplifiés, amenant des conflits politiques parfois judiciarisés qui limitent la capacité de trouver des solutions, changer les manières de faire et bâtir des synergies, notamment entre l’action climatique et la protection de ce qui tient à coeur les résidant.es (paysages, patrimoine et milieux naturels).
    4. Quels imaginaires et pratiques alternatives les mouvements sociaux développent-ils pour faire des liens avec les questions de climat, d’inégalités, d’extractivisme et de colonialisme ? Zainab El Guerrab et Sophie L. Van Neste ont une recherche en cours (lien projet)
    5. Comment peut-on apprendre de l’histoire des transitions énergétiques? Dans sa thèse en cours de rédaction, Clarence Hatton-Proulx documente l’histoire des transitions énergétiques à Montréal, où certaines des sources d’énergie émettrices de pollution atmosphérique et de GES ont été expulsées de la ville suite à la pression populaire. Le charbon et le bois, dont la combustion émettait de la fumée visible à l'œil des citadines et citadins, étaient omniprésents à Montréal au début du 20e siècle, mais vivement contestés dans l’après-guerre pour des raisons urbanistiques, de sécurité publique et de nuisances environnementales. L’histoire des transitions énergétiques urbaines est donc marquée par des conflits sociaux autour de la présence de l’infrastructure énergétique en ville. Elle montre que l’action citoyenne, alliée à une expertise favorable, peut agir sur les systèmes énergétiques. Voir son billet de blogue.
    6. Comment cohabiter le plus harmonieusement possible avec les espèces non humaines qui peuplent les territoires urbains et qui subissent elles aussi les contrecoups des changements climatiques? Gabrielle Perras St-Jean explore l’importance de la prise en compte du vivant non humain dans sa thèse de doctorat en cours de réalisation.

  5. La Chaire collabore au développement de solutions, dans :
    1. Le projet Chemins de transition, axe Territoires, pour identifier les jalons essentiels à une transition au Québec
    2. Le projet Montréal Zen du Front commun pour la transition énergétique, avec une capsule sur les Initiatives citoyennes au coeur de la transition et une implication à Lachine 
    3. Au Lab Celsius pour développer une expérimentation citoyenne pour réduire les GES dans le bâti résidentiel et améliorer les conditions de vie
    4. Au projet Mobilités, un territoire de possibilités, de Accès transports viables, pour travailler différemment sur les alternatives à la voiture en milieu péri-urbain
    5. La série de webinaires sur l’équité dans la transition de WISER (Women & Inclusivity in Sustainable Energy Research) 

Des impacts alarmants à l’échelle locale

  1. Pour comprendre les impacts différenciés selon les territoires et les actions prises, le concept de risque est transversal à ce 6e rapport du GIEC. Les risques posés par les changements climatiques émergent dans l’interaction entre :
    1.  L’exposition à un (ou des) aléa (ex.: la chaleur extrême ou l’inondation), étant donné  la présence sur un territoire affecté et le climat changeant qui en augmente la fréquence et/ou l’intensité 
    2. Les vulnérabilités  (propension à être affecté plus durement)
      1. Étant donné  des sensibilités préexistantes (conditions socioéconomiques et de santé, caractéristiques du territoire et  du logement)
    3. La capacité à y faire face et à s’adapter (accès à des ressources et services, capacité de gouvernance, etc., voir plus bas dans la section «S'adapter dans les villes»). (S-6)
  2. Le mot « désastre naturel » n’est plus utilisé par le GIEC : car il n’y a rien de strictement naturel à la plupart des désastres; ils peuvent être évités ou atténués et sont le plus souvent produits et exacerbés par des (in)actions humaines et décisions politiques, notamment en accroissant l’exposition et les vulnérabilités aux aléas climatiques. Dans les villes cela concerne particulièrement les choix d’infrastructures (ex.: d’eau ou de transport), d’accès aux services (ex.: services et commerces de proximité) et d’aménagement du territoire (ex.: localisation et densité des logements, parcs).

  1. Synthèse vulgarisée des aléas climatiques prévus à Montréal, ayant servi de base à un travail de co-construction de solutions, avec des parties prenantes dans la planification urbaine https://laboclimatmtl.inrs.ca/wp-content/uploads/2020/05/LaboClimat_FichesCC_synthese_resultats_mars2020.pdf
  2. Autre ressource :  les projections d’Ouranos pour le Québec 

S’adapter dans les villes

  1. La gouvernance inclusive et adaptée au contexte est une condition importante à l’adaptation, avec un leadership public pour le soutien social, l’aménagement du territoire et les règlements du cadre bâti, la gouvernance privée dans les assurances et en l’absence de régulation publique (17-3) .
  2. Les pratiques d’adaptation autonomes et informelles des citoyen·.nes et communautés sont plus fréquentes avec l’expérience de chocs climatiques, ou lorsque développées pour leurs cobénéfices, notamment en ce qui a trait au verdissement (6-104, 17-3).
  3. L’émergence des mouvements de justice climatique a le potentiel de réorienter les discussions dans les villes en ramenant les inégalités à l’avant-plan.

  1. La vulnérabilité des personnes et des écosystèmes aux impacts des changements climatiques varie de manière substantielle entre et dans les régions, en fonction de l’intersection entre les modes de développement non durables, le manque d’accès à des services et à des infrastructures de base et les processus actuels et historiques de marginalisation, d'iniquités, de colonialisme (S-14).
  2. La vulnérabilité humaine est influencée par la capacité d'adaptation des structures physiques (construites), des processus sociaux (économie, bien-être et santé) et des structures institutionnelles (organisations, lois, systèmes/normes culturels et politiques) (6-29). 
  3. La littérature souligne que la vulnérabilité des individus dans les communautés urbaines est à liée à l’intersectionnalité entre processus sociaux et économiques et d’autres déterminants comme le  genre et la race notamment (6-30). Ainsi les femmes, les personnes racisées ou les populations autochtones par exemple sont plus vulnérables aux impacts des changements climatiques que d'autres catégories de population. 
  4. Les populations défavorisées sur le plan socioéconomique sont davantage susceptibles de vivre dans les parties les plus chaudes des villes où il y a une plus grande utilisation des sols, une plus grande densité de logements, et de moins bonnes constructions (ex.: matériaux de mauvaise qualité, absence de climatisation) (chap 6, p 23).
  5. La chaleur accablante touche de façon inégale les populations et impacte davantage les communautés les plus pauvres, les enfants, les ainé·es, les personnes handicapées et les groupes ethniques minoritaires. 
  6. Carte des îlots de chaleur au Québec

  1. Adaptation incrémentale vs transformationnelle
    1. Selon le rapport du GIEC, la majorité des pratiques d’adaptation sont incrémentales (changements marginaux apportés à des infrastructures ou des pratiques, ciblant souvent l’exposition à un aléa), tandis qu’une adaptation transformationnelle sera nécessaire – mais avec des risques d'iniquités à anticiper et compenser (1-61)
    2. Le GIEC définit l’adaptation transformationnelle comme une « adaptation qui change les attributs fondamentaux d’un système socioécologique en anticipation des impacts des changements climatiques » , en citant comme exemples la migration, le réaménagement du territoire,  la gouvernance coopérative/en commun et l’accès universel à la santé (17-3)
    3. Pelling et al. (2015) et Zografos et al. (2020) la définissent comme une adaptation qui
      1. Transforme les lieux très vulnérables avec les plus affectés;
      2. Altère les éléments du système qui produisent les vulnérabilités;
      3. Modifie les politiques pour mettre au défi les normes institutionnelles et structures de pouvoir promouvant la croissance au détriment de l’adaptation et de la réduction de GES.

  1. Avec la recherche du Labo Climat Montréal, nous avons constaté que : 
    1. La gouvernance des projets de réaménagement urbain à Montréal intégrait encore peu les changements climatiques
      1. Dans la justification et la pertinence des projets et de leur localisation, dans les ressources prévues et l’identification d’ inégalités à réduire (résumé ici)
      2. C'est toutefois dans les intentions de la Ville de l’intégrer davantage
    2. La planification de certaines infrastructures anticipe les impacts des changements climatiques, particulièrement pour l’eau : il y a un travail important à Montréal pour réduire les vulnérabilités des territoires à l’augmentation des précipitations intenses. Des barrières institutionnelles expliquent par ailleurs les difficultés et le rythme de l’adaptation des infrastructures et la maximisation des cobénéfices (voir notre rapport section 4 ch. 3)
    3. L’usage d’outils de règlementation d’urbanisme pour l’adaptation est encore peu développé dans les municipalités québécoises, mais suscite de plus en plus d’intérêt (fiches du Labo Climat, rapport de Michel Rochefort, Guide de l’Union des municipalités du Québec)
  2. L'approche par les infrastructures vertes et bleues est encore trop peu utilisée par les villes malgré les nombreux bénéfices offerts (ex.: baisse de la température, régulation de la qualité de l’air, régulation des eaux), mais on constate un intérêt croissant. 
    1. Lors du projet de recherche-action Labo Climat Montréal, des acteurs municipaux montréalais ont pu explorer les infrastructures vertes comme solutions d’adaptation aux changements climatiques, ainsi que les freins à leur mise en œuvre, à travers des ateliers de cocréation.
    2. Dans un projet avec des chercheures de la Polytechnique (F. Bichai) et l’Université de Montréal (D.Dagenais), Hélène Madenian et Sophie Van Neste, explorent comment la planification stratégique des infrastructures vertes peut augmenter la résilience urbaine.
  3. En contraste avec les précipitations, les vulnérabilités à la chaleur accablante sont peu travaillées dans la planification urbaine et la concertation en amont à Montréal (voir notre rapport section 4 ch.2 et Conclusion, p.561-), tandis que les organismes communautaires participent à soutenir les plus vulnérables à la chaleur extrême, sans ressources spécifiques pour le faire (voir Action communautaire)
    1. De plus en plus d’organisations cherchent des outils et manières de s’adapter aux changements climatiques tout en s’attaquant à réduire les inégalités sociales et environnementales
      1. Compte-rendu des Rencontres VRM sur cet enjeu 
      2. Un État des recherches Villes, actions climatiques et inégalités est en cours
    2. Les municipalités ont différentes approches et pratiques locales pour prévenir les risques d’inondations, comme le documente le mémoire de Catherine Fournier qui sera disponible sous peu. Voir aussi les travaux du RIISQ
    3. Les citoyen·nes et OSBL développent plusieurs projets locaux pour participer à l’adaptation aux changements climatiques dans les milieux de vie montréalais (ex.: projet des Ruelles bleues-vertes), certains travaillant particulièrement sur les synergies entre adaptation à la chaleur, réduction de GES et amélioration des conditions de vie dans les quartiers (Lab Celsius) 
  4. Une recherche participative avec les groupes communautaires de Lachine a permis de constater comment la chaleur accablante s’ajoute à une série de difficultés et inégalités environnementales préexistantes, accroissant l’impact négatif de la chaleur pour les résidant·es.
    1. Le manque de commerces et service de proximité et d’espaces publics accueillants dans certains quartiers limite les contacts entre les résidents d’un quartier et contribue à l’isolement, ce qui constitue un facteur de vulnérabilité aux épisodes de chaleur accablante 
    2. L’absence de parcours de mobilité conviviaux et sécuritaires augmente l’exposition à la chaleur et réduit la capacité à faire face à celle-ci. Dans Saint-Pierre, un quartier enclavé par deux voies ferrées et l’échangeur Saint-Pierre, les accès au système de transport collectif exigent pour plusieurs de traverser des intersections inadaptées aux piétons et aux cyclistes et fortement minéralisées, exposées au soleil et à la pollution automobile.  
    3. À cela s’ajoute une concentration de facteurs de défavorisation sociale et matérielle dans la population de certains secteurs, qui vient augmenter davantage la sensibilité aux vagues de chaleur (personnes aînées et vivant seules, logement moins bien aérés, un sentiment d’insécurité dans certains espaces publics qui amène les gens à s’isoler et à fermer leurs fenêtres).
    4. Cette recherche menée dans Lachine identifie également les organismes communautaires comme des acteurs clés dans l’adaptation et la résilience aux changements climatiques, par leurs actions sur des enjeux comme l’isolement des personnes vulnérables, l’aménagement urbain et le verdissement  dans une perspective de justice sociale. 
    5. Une recherche panmontréalaise en cours confirme que les organismes montréalais ont plusieurs pratiques et activités pour améliorer les conditions de vie des plus vulnérables aux vagues de chaleur, sans recevoir beaucoup de soutien institutionnel ou financier.

Références citées

Pour toutes demandes médiatiques, contactez Alexandra Nadeau, coordonnatrice de la Chaire de recherche du Canada en action climatique urbaine (alexandra.nadeau@inrs.ca), ou la professeure titulaire de la Chaire, Sophie L. Van Neste (sophiel.vanneste@inrs.ca)


Aucune publication à afficher pour l'instant

Aucune activité à afficher pour l'instant

Aucun membre à afficher pour l'instant